L’Etude Zabaldano est intervenue dans l’affaire de soupçons de corruption visant la Société anonyme monégasque UNAOIL et ses dirigeants, qui a donné lieu à une vaste opération de perquisitions et saisies à Monaco en mars 2016, largement relayée dans la presse.

Au mois d’octobre 2017, le Serious Fraud Office de Londres a adressé une demande d’extradition aux autorités monégasques, concernant l’une des personnes visées par l’enquête menée au Royaume-Uni, pour des faits allégués de corruption d’agents publics étrangers.

Le 7 février 2018, la Cour d’appel de Monaco, siégeant en Chambre du Conseil, a émis un avis défavorable à cette demande d’extradition. Faisant sienne l’argumentation développée par Maître Zabaldano aux intérêts de la personne recherchée et suivant les conclusions du Ministère Public, la Cour a constaté que les infractions reprochées n’étaient pas prévues par le droit monégasque à l’époque des faits, de sorte que la condition de double incrimination, posée par l’article 2.1 de la Convention européenne d’extradition, n’était pas remplie.